Tag Archives: Farafangana

Procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 13 juin 2017

Association AIDEDUFA.

LE 13 JUIN 2017 à 19 H 15.

Les membres de l’association AIDEDUFA se sont réunis en assemblée générale dans une salle  de la Maison des Syndicats, Boulevard de la Prairie aux Ducs, 44000 NANTES, sur convocation afin de délibérer sur l’ordre du jour suivant :

 

 

  • Approbation des comptes 2016.
  • Rapport moral
  • Rapport financier
  • Projets
  • Vote du budget pour l’année 2017
  • Renouvellement du bureau
  • Questions diverses.

Une feuille de présence a été émargée par les membres de l’association, tant en leur nom personnel que, le cas échéant, en qualité de mandataire.

 

PREMIERE RESOLUTION. APPROBATION DES COMPTES.

Le compte des résultats présente un solde positif de : 11 807,68 €

  • Recettes :    26 171,85 €
  • Dépenses :   14 364,27 €
  • Solde :      11 807,68 €

 

L’assemblée générale approuve ledit document tel qu’il lui a été présenté

Quitus de sa gestion est donné à la trésorière pour l’exercice écoulé.

Cette résolution est adoptée à l’unanimité.

 

DEUXIEME RESOLUTION. RAPPORT MORAL.

Lecture est donnée du rapport moral adressé par Joël DAVID, président, retenu à Madagascar en attendant la délivrance de sa carte de résident ….

 

Scolarité :

  • 120 enfants sont scolarisés dans les secteurs Privé et Publique dans la ville de Farafangana
  • 50 Kits scolaires sont distribués à des enfants en dehors de l’association.
  • 120 enfants sont scolarisés à Lavibahiny à l’école EPP. Du prè-scolaire au CM2.

Toutes les fournitures scolaires, y compris les livres cahiers, tenues et blouses, sont prises en charge par AiDe DuFa.

préparation rentrée des classes enfants madagascar

 

Les bulletins trimestriels (Public) et mensuels (Privé) sont signés par les responsables de l’Association.

Les frais de scolarité dans le secteur privé ne cessant d’augmenter, nous avons l’intention d’intégrer dans le public les 47 élèves encore scolarisés dans le privé.

Le passage du cyclone Enawo le 09 mars 2017 et l’inondation qui a suivi ont mis à mal 40 maisons de nos bénéficiaires qu’il a fallu réparer.

innondations-madagascar

innondations-madagascar

Le terrain occupé par le C.S.D est entretenu par les parents à tour de rôle chaque semaine.

L’entretien régulier des 7 bâtiments situés sur le terrain de 40 ares prêté par la commune Urbaine de Farafangana  est assuré par nos soins attentifs.

Projets en cours et à venir

Une navette par vedette à moteur a été enfin mise en place par un opérateur local qui permet de désenclaver le village de Lavibahiny à raison de 2 allers-retours par jour. (0.15€ le passage)

traversée du fleuve à Farafangana

Le projet de construction d’une classe pré-scolaire à l’école de Lavibahiny est toujours d’actualité et devrait être réalisé en 2018.

Cela se fera progressivement un soutien accru sera dispensé grâce à l’arrivée parmi nous de Monsieur RAMAHA qui sera chargé du Français (lecture et compréhension)

Aurélien, instituteur à l’EPP de Lavibahiny assure déjà le soutien scolaire le samedi.

Santé

Nous sommes très attachés à l’hygiène et à la bonne santé des élèves et de leurs familles. 46 familles sont soignées (frais médicaux et pharmacie) sur Farafangana –

  • Environ trente famille sont aidées à Lavibahiny
  • 145 enfants ont été auscultés par le Docteur Max et Monique Bachelier
  • 130 enfants ont également été auscultés à Lavibahiny

Vous pourrez vous référer au rapport de Monique à ce sujet.

Monique intervient alors pour préciser que :

Durant la visite médicale le Dr Max a évoqué la contraception avec les femmes en les informant du centre de planification à Farafangana.

Que plusieurs enfants ont bénéficié de la présence de l’équipe de médecins espagnols, soit en orthopédie, soit en chirurgie.

Et qu’il a été mis en place des visites des enfants au cabinet dentaire pour des soins et des extractions et qu’il a été rappelé à tous, parents et enfants, les conseils pour une bonne hygiène buccale et alimentaire.

 

 

TROISIEME RESOLUTION – Projets en cours :

Le projet de construction d’une classe de maternelle annexée à l’école primaire de Lavibahiny  est toujours d’actualité.

Projet association Aidedufa 2017/2018

Ce projet nécessite :

  • L’acquisition d’une bande de terrain contiguë à l’école (environ 500 m2)
  • La construction d’une classe (environ 35 m2) en semi dur.
  • La clôture et l’édification d’un préau.
  • L’implantation d’un point d’eau pour les sanitaires.

Cette classe de maternelle sera intégrée à l’éducation nationale malgache qui doit fournir l’institutrice et le mobilier scolaire.

Ce projet est adopté à l’unanimité.

 

QUATRIEME RESOLUTION. BUDGET PREVISIONNEL 2018.

Le budget prévisionnel pour 2018 est présenté et commenté par la trésorière. Il figure en annexe de ce P.V.

Ce budget est adopté à l’unanimité.

 

dépenses Aidedufa

dépenses Aidedufa

 

Recettes Aidedufa

Recettes Aidedufa

CINQUIEME RESOLUTION. RENOUVELLEMENT DU BUREAU.

Les membres du bureau sont reconduits dans leurs fonctions à l’unanimité.

  • Président : Joël DAVID
  • Vice-Présidentes : Dominique DAVID – Monique BACHELIER.
  • Trésorière : Françoise DAVID
  • Secrétaire : Catherine CHESNE.

 

Aucune autre question n’étant à l’ordre du jour et personne ne demandant plus la parole, la séance est levée à 21 heures 30.

0 Comments

Rentrée scolaire 2016-2017 – Farafangana – Lavibahiny

 

La rentrée scolaire s’est effectuée 15 jours plus tôt que les années précédentes.

Il semblerait que les rentrées scolaires se calqueraient sur le système des écoles françaises dès la rentrée 2017.

Déjà toutes les écoles d’expression française s’alignent sur les rythmes scolaires français.

 

 

 

Animation

Les enfants de l’école Sainte Marie n’ont pu participer qu’à une semaine d’animation du fait que la rentrée ait eu lieu plus tôt. Quant aux écoles publiques, elles ont pu en bénéficier pendant 2 semaines ½, toujours dans le même objectif; cette approche de la langue française par le jeu, le chant et divers exercices. C’est avec beaucoup d’attention et de plaisir que les enfants s’adonnent au coloriage et découpage. Depuis 3 ans ils s’exercent avec application, à l’utilisation de ciseaux, très concentrés en tirant la langue.

L’accent sur l’hygiène est toujours à l’ordre du jour ; avant chaque séance d’animation, les enfants prenaient un malin plaisir à la pompe tous les matins à la 1ère heure, se laver les mains, se moucher, se laver le nez.

Cette année Catherine a été secondée par Dolorès (jeune fille de la famille qui nous héberge), une aide précieuse, sans elle l’animation était compromise, les enfants ne parlant pas le français, mais pigent très vite avec l’intervention de Dolorès.

 

animationAu plaisir pris par les enfants quand ils sont dans ce lieu, il nous semblerait judicieux que le CSD (centre Sophie David) pourrait bénéficier à ces enfants du primaire le dimanche AM et pendant les vacances scolaires pour jouer, lire, dessiner……

Dolorès était partante dans la mesure de sa présence. Les élèves du lycée pourraient aussi y participer à tour de rôle.

Projet à peaufiner.

 

Visite chez les pompiers

Visite des pompiersSuite à une rencontre d’un jeune volontaire pompier, nous avons pu organiser une visite au centre des sapeurs-pompiers de Farafangana.

Les enfants étaient ravis de connaître les lieux et le fonctionnement du centre.

Le volontaire a fait preuve de pédagogie, discours axé sur la prévention.

 

 

Les effectifs de cette rentrée

  • 47 élèves en secteur privé, répartis entre Ste Marie (26 élèves du JE au CM2, 16 de la 6ème à la 3ème), N D de Confiance (2 élèves en primaire), St Vincent de Paul (1 lycéenne en seconde et 2 lycéennes en 1ère)
  • 74 élèves en secteur public : 53 élèves du préscolaire au CM2 (dans 6 écoles primaires publiques), 16 collégiens de la 6ème à la 3ème (2 CEG), et 5 lycéens de la seconde à la terminale au lycée Tata Max.
  • Au 15 octobre, suite au mouvement de grève dans le secteur public nous ne sommes pas en mesure de donner le nombre d’élèves inscrits à l’école de Lavibahiny, mais théoriquement cela tourne autour de 110 élèves.
  • Pour 4 élèves entrant en 6ème, à Farafangana, nous avons pris en charge les frais de scolarisation et distribué les cahiers nécessaires.

L’équipe pédagogique de Lavibahiny est toujours composée de 3 instituteurs nommés par l’éducation nationale + Zaka et Aurélien toujours pris en charge par Aidedufa.

Une nouvelle classe pour les enfants de 4/5 ans (pré scolaire) est en projet de construction à Lavibahiny pour être opérationnelle avant fin déc. 2016.

Cette année, nous avons mis un point d’honneur à la scolarisation de 65 élèves (dont 50 en primaire) qui sans les kits scolaires, n’auraient pas été scolarisés. Ce sont essentiellement des enfants vivants avec leurs grands-parents. C’est un véritable budget, mais équilibré par le fait d’une diminution d’inscriptions d’élèves dans le secteur privé.

Redoublants : Privé : 7 élèves – Public : 14 élèves – Privé/Public : 4 abandons

3 lycéens ont obtenus leur BAC : pour l’un d’eux, il poursuivra ses études à Fianarantsao dans une filière scientifique.

Suite à une visite au centre pénitencier de Farafangana, AIDEDUFA a fait don de cahiers et crayons pour les mineurs incarcérés. Ayant renouvelé un certain nombre de Lovako, livres de classe détériorés de Ste Marie, nous avons fait don des anciens livres usagés.

 

Visite médicale annuelle

47 familles sont toujours prises en charge et 137 enfants de ces familles ont été examinés par le médecin (+ 2 nouvelles naissances en 2016).

Visite médicale annuelleElle a eu lieu sur 2 jours, les 26 et 27 septembre pour les enfants d’Anoshinakoho et le 10 octobre pour de Lavibahiny, avec une équipe étoffée : le Dr Max, Joël, Sylvie (étudiante sage-femme), Catherine, Dolorès, Romualdine et moi-même, chacun à son poste pour une bonne coordination.

Avant chaque visite médicale, le médecin rappelle des messages de prévention d’hygiène de vie pour une meilleure santé. Sylvie s’est chargée auprès de chaque famille d’un petit topo sur l’hygiène bucco-dentaire … Cette année, nous avons fait en sorte d’être équipés en pharmacie afin de répondre rapidement à une demande médicale pendant la visite. Comme les années précédentes nous avons fourni du savon, des brosses à dent et dentifrice.

Visite médicale annuelleSuite à cette visite médicale, nous avons à nouveau profité de la présence de l’équipe espagnole pour leur adresser quelques enfants en orthopédie (équipement d’une prothèse chez un enfant de 5ans afin de lui faciliter la marche), en chirurgie (intervention abdominale chez une petite fille) et en pédiatrie pour 5 autres pathologies (dont 2 enfants orientés vers l’hôpital pour une fièvre typhoïde et 2 autres pour contrôle cardiaque).

Durant notre séjour, suite aux prescriptions médicales, nous avons été très sollicités pour divers soins locaux et injections … un défilé dès 7h et après 16h, « au dispensaire de proximité »

A la visite médicale de Lavibahiny, le Dr Max a de nouveau abordé la contraception avec les femmes en les informant du centre de planification à Farafangana.

Pour une jeune fille épileptique recensée l’an dernier : mise en place d’un traitement anti épileptique qui sera pris en charge par AIDEDUDA au long terme. Romualdine se chargera de l’accompagner chez le médecin de façon régulière pour le renouvèlement de son traitement.

 

Soins dentaires

soins dentairesDepuis plusieurs années, lors des consultations médicales nous orientons les enfants vers des soins dentaires, mais aucun enfant n’accédait aux soins malgré notre sollicitation. Il est vrai que les soins se résument bien souvent aux extractions.

Cette année nous avons donc pris contact avec une dentiste qui est venue au CSD pour informer les parents, les rassurer et donner quelques conseils d’hygiène buccale et alimentaire. Suite à cette information, un rapide diagnostic a été posé pour 42 enfants (sur 137 enfants vus à la visite médicale) sur des soins sur carie et extraction.

Avant notre départ, nous avons ensuite mis en place un planning de visites vers le cabinet dentaire et accompagné les 1erenfants avec leurs parents. Dolorès prenait le relais.

 

Réunion de « parents d’élèves » – Distribution des fournitures scolaires

Distribution des fournitures scolairesIntervention de Joël accueillant les familles et rappelant notre engagement à tous, bénéficiaires et bénévoles pour le bon fonctionnement de l’association.
Nous rappelons à nouveau les messages de prévention d’hygiène de vie, d’éducation à la santé déjà évoqués par le docteur Max, mais en apportant des précisions sur nos actions pouvant aider au quotidien et de rester en bonne santé : hygiène corporelle, brossage des dents, se moucher, se laver les mains avant chaque repas et des repas équilibrés si possible.

Nous rappelons à nouveau aux parents d’encourager leurs enfants à aller en classe et les accompagner si nécessaire pour certains. Le soutien scolaire est toujours d’actualité et a lieu tous les samedis au CSD avec Aurélien pour les enfants du CP eu CM2.

Cette année, Zénestine est rentrée en 6ème et pour des raisons familiales nous avons, avec son concours, opté pour l’internat à Ste Marie. Elle semble très heureuse de ce choix.

 

Archivage

Depuis quelques années nous nous sommes attelés aux « archives », médicales et scolaires. Nous avons procédé au classement des fiches médicales et extraits de naissances par famille et enfant et dans un 2ème classement, les dossiers scolaires par année et enfant. Cela représentait un gros travail accompli par Nelly, Catherine et Gégé cette année.

archivageJusqu’à cette année nous conservions tous les documents. Suite à cet archivage, nous avons remis aux familles les dossiers des enfants sortis du système scolaire (45 enfants), sauf pour quelques familles où il paraît nécessaire que les dossiers restent au CSD. Hormis ces enfants sortis du système scolaire, 6 enfants sont décédés depuis 2011.

47 familles dont 132 enfants restent à ce jour bénéficiaire d’AIDEDUDA.

 

remerciementsMoment émouvant quand la parole fut donnée aux représentants des familles bénéficiaires. Nous avons été remerciés pour notre implication dans l’association et de l’aide apportée pendant ces 6 semaines : scolarité, soins médicaux, accompagnements divers. Nous avons été une fois de plus gâtées par les familles… paniers et diverses vanneries

Monique Bachelier

0 Comments

PV de l’assemblée générale ordinaire du 14 juin 2016

Association AIDEDUFA

Procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 14 juin 2016

Le 14 JUIN 2016 à 19 H 15

Les membres de l’association AIDEDUFA se sont réunis en assemblée générale dans une salle de la Maison des Syndicats, Boulevard de la Prairie aux Ducs, 44000 NANTES, sur convocation afin de délibérer sur l’ordre du jour suivant :

  • Approbation des comptes 2015.
  • Rapport moral
  • Rapport financier
  • Projets
  • Vote du budget pour l’année 2016.
  • Renouvellement du bureau
  • Questions diverses.

Une feuille de présence a été émargée par les membres de l’association, tant en leur nom personnel que, le cas échéant, en qualité de mandataire.

 

PREMIERE RESOLUTION – APPROBATION DES COMPTES

Le bilan présente un solde positif de : 6 790,77 €

  • Recettes : 49 546,09 €
  • Dépenses : 42 755,32 €
  • Solde :  6 790,77 €

L’assemblée générale approuve ledit document tel qu’il lui a été présenté

Quitus de sa gestion est donné à la trésorière pour l’exercice écoulé.

Cette résolution est adoptée à l’unanimité.

 

DEUXIEME RESOLUTION – RAPPORT MORAL

Joël DAVID, Président, présente les réalisations de l’année 2015.

 

A l’école de Lavibahiny

Extension du premier bâtiment qui comporte désormais une classe supplémentaire de 20 m2.

Et construction d’une nouvelle classe de 35 m2 en matériaux traditionnels.

Cette classe accueille 40 enfants en CP 1 (à Madagascar, le CP se fait en 2 années)

Finition des WC reliés à une fosse septique, pose de sièges en céramique et creusement d’un puits pour l’alimentation en eau des sanitaires.

L’école de Lavibahiny accueille désormais 116 enfants répartis en 5 classes. Trois instituteurs sont nommés et rémunérés par l’éducation nationale malgache et deux sont payés par Aidedufa.

La fondation Raoul Follereau a fait don à l’association d’un moteur hors-bord de 15 cv. Il permet la continuation de la traversée du fleuve vers Farafangana, permettant aux habitants de Lavibahiny d’aller facilement en ville pour leurs courses et les diverses démarches administratives.

 

A Farafangana-ville – CSD (Centre Sophie David)

Construction d’un château d’eau et d’une pompe qui permettent l’alimentation en eau du bâtiment et la mise en eau des 2 WC et de la douche.

Entretien des bâtiments : peinture des toits du CSD et du hangar.

Le terrain est régulièrement entretenu par les familles des bénéficiaires sous la direction de Romualdine.

Le gardien a été licencié et la famille de Dérine a été installée dans la maison du gardien.

 

Rentrée scolaire 2015-2016

En attendant la rentrée des classes (pendant 2 semaines ½), Catherine L. avec la participation des 2 instits et de Dorothée, a accueilli des enfants du primaire au CSD pour des exercices, des jeux, des chants. Ces animations ont été très suivies et appréciées par les enfants.

Joël, Monique, Catherine et Romualdine ont préparé la rentrée : inscription des enfants, achat et répartition des fournitures scolaires.

  • A Farafangana : 57 élèves en secteur privé et 71 « lèves en secteur public.
  • A Lavibahiny : 116 élèves inscrits.

 

Visites médicales

A Farafangana les 26 et 27 septembre 2015. Le docteur Max a ausculté 137 enfants (taille, poids, test visuel,)

A Lavibahiny le 10 octobre 2015 toujours avec le Dr Max qui a ausculté 110 enfants.

Tout au long de l’année, les familles sont prises en charge par l’association qui assure le coût des consultations et des médicaments.

 

Aide aux familles

  • Distribution ponctuelle de riz pendant la période de soudure aux familles en grande difficulté (environ 500 kg)
  • Réparation des maisons (révision des toitures, planchers etc..)

 

Formation de pilotes hors-bord

Joël a initié au pilotage de hors-bord 3 garçons sortis du système scolaire à la demande d’une ONG allemande WHH (Welthungerhilfe) qui envisage de les embaucher.

 

Formation de Sylvie

A l’initiative de Monique et Catherine, un groupe d’amis s’est cotisé pour offrir à Sylvie sa formation de sage-femme à l’Institut de formation professionnelle des paramédicaux à Farafangana.

La formation dure 3 ans et les premiers résultats de Sylvie sont encourageants.

 

TROISIEME RESOLUTION – Projets en cours

A Lavibahiny

Environ 40 enfants en âge pré-scolaire (4 à 5 ans) pourraient bénéficier d’une classe de maternelle.

Cela impose l’agrandissement du terrain de l’école (environ 500 m2) pour permettre la construction d’une classe avec cour fermée et préau ainsi que l’achat des matériels scolaires et pédagogiques.

Une prise de contact avec la fondation Telma à Madagascar nous permet d’envisager le financement de ce projet.

D’autre part, un dispensaire pourrait être installé dans la maison de Lavibahiny pour donner les premiers soins aux enfants et à leurs familles.

 

Au CSD – Farafangana

Pose d’un compteur électrique dans le bâtiment CSD.

Mise en place d’une formation à l’informatique pour les enfants grâce au soutien et don de matériel par des entreprises françaises.

Initiation à l’informatique + internet par du personnel local compétent.

Ces projets sont adoptés à l’unanimité.

 

QUATRIEME RESOLUTION – BUDGET PREVISIONNEL 2016

Le budget prévisionnel pour 2016 est présenté et commenté par la trésorière. Il figure en annexe de ce P.V.

Ce budget est adopté à l’unanimité.

 

CINQUIEME RESOLUTION – RENOUVELLEMENT DU BUREAU

Les membres du bureau sont reconduits dans leurs fonctions à l’unanimité.

  • Président : Joël DAVID
  • Vice-Présidentes : Dominique DAVID – Monique BACHELIER.
  • Trésorière : Adeline KESTEMAN
  • Secrétaire : Catherine CHESNE.

 

Aucune autre question n’étant à l’ordre du jour et personne ne demandant plus la parole, la séance est levée à 21 heures.

Le Président. (Joel David)
La secrétaire. (Catherine Chesné)
 

Recettes Parrainages et dons

Dépenses de l'association

 

0 Comments

Animation enfants – Sept./Oct. 2015 2/2

Bonjour,

Point historique ; Farafangana fut une ville prospère avant l’indépendance (1960), grâce au commerce du café, du clou de girofle, du poivre et de la vanille… toutes ces marchandises partaient de Faraf. en bateau, pas vraiment un port, mais tout était acheminé par pirogue au bateau. Elle est devenue une ville sinistrée, les friches industrielles sont témoin de cette époque florissante. Les anciens que nous rencontrons nous parlent de leur ville avec une certaine nostalgie et sont particulièrement inquiets quant à l’avenir des futures générations. Eléonore en particuliers qui était secrétaire de direction d’un important entrepôt de collecte nous rappelle son vécu avec beaucoup de passion. Chacun espère un sursaut, le pays se dégrade d’année en année, un constat général, la désolation…

Mais nous restons positifs. La rentrée s’est effectuée dans de bonnes conditions, des cartables neufs remplis en fonction de chaque liste des enseignants, un casse tête par moment. Rappelons que nous scolarisons les enfants dans 12 établissements de Farafangana, au nombre de 134 élèves du pré-scolaire au lycée sans compter les élèves de Lavibahiny au nombre de 107.

Comme chaque année une visite médicale pour les enfants que nous scolarisons. Une fois examinés par le Dr Max, pesés et passés sous la toise, certains enfants ont été orientés vers l’hôpital pour différents examens et vu par l’équipe de médecins espagnols en mission à cette période pour 15 jours. Globalement les enfants sont relativement en bonne santé sauf sur le plan dentaire, c’est une catastrophe… lié principalement aux carences alimentaires.

Réunion de parents : ils ont bien répondu à l’appel. (50 parents sur 58 familles conviées). Après le mot de Joël (le président), Monique passe quelques messages de prévention : dentition, hygiène corporelle, parasites, et fait un bref résumé de la visite médicale. Elle rappelle aussi que les soins : médicaments et hôpital sont pris en charge par AIDEDUFA.

L’Ecole : rappel de l’importance de l’école, et de la prise en charge des frais de scolarité par l’association. Proposition de l’aide aux devoirs les samedis et contact pris avec la bibliothèque afin d’inciter les enfants à y aller.

Les parents interviennent : beaucoup de spontanéité dans l’échange puis une délégation de 6 parents prend la parole, remercie l’association et les vazzahas pour l’aide apportée durant ces 4 semaines et offrent à chacune d’entre nous un Lambaone) (prononcé Lamba) : (tissu/pagne au couleur de Madagascar) Nous arborons la tenue et Nelly déclenche la danse à laquelle se joigne des mamans .

De là, nous rejoignons les enfants dehors et chantons les chansons apprises durant les 3 semaines en français et en malgaches. Les garçons dansent ensuite le Kilalaky.

Nous sommes allées à l’école de Lavibahiny de l’autre côté du fleuve et remis des dictionnaires de l’école publique de Montbert et celui de Julie.

Au retour, une urgence pour Joël, une femme qui accouchait au village, le bébé ne se présentait mal, le cata a servi d’ambulance, la maman installée au fond du bateau sur une natte, un plastic la recouvrant, il pleuvait. Arrivée de l’autre côté de la rive, elle fut transportée en pousse-pousse jusqu’à la maternité. Le bébé était engagé, il n’a pas survécu. C’est ça aussi Mada, les femmes refusent d’aller à la mater faute de moyens financiers et choisissent les accoucheuses sur place. Nous avons été bouleversées par cet évènement.

Hier, nous avons remonté le fleuve pendant 2h30 pour aller à un grand marché   en brousse à Mahafasa, c’était oppressant, une foule comme jamais vu. Nous étions un peu l’attraction avec le Père Joël et ces 3 nonnes en short….village de 2000 habitants peu fréquenté par les européens. Super ballade, des paysages fantastiques, plein la vue, un bonheur…

Nos derniers jours à Faraf, en milieu de semaine prochaine nous remontons tranquillement vers Tana en plusieurs étapes…un peu de tourisme bien mérité après 5 semaines d’occupation pour AIDEDUFA. Nous aurons vécu et partagé plein de bons moments avec les enfants, les familles, beaucoup de rencontres qui nous ont permises de mieux connaitre cette population, leur culture.

Catherine, Nelly, Monique

0 Comments

Animation enfants – Sept./Oct. 2015 1/2

Bonjour,

Catherine et Nelly (2 amies) m’accompagnent cette année pour 6 semaines sur la Grande Ile Rouge (c’est ma 4ème rentrée scolaire). Leur mission sera essentiellement auprès des enfants scolarisés par AIDEDUFA, en attendant la rentrée des classes. Cette approche en expression française se veut ludique (écriture, coloriage, découpage, lecture, jeux, chants, danses…). Le plaisir est partagé entre ces enfants, Catherine et Nelly. Elles sont secondées par un instit, enseignant à Lavibahiny et un jeune scolarisé en seconde. Chacun profite également de ces échanges en langue française et malgache.

Les instits, comme je le précisais l’an dernier dans mes précédents messages, maitrisent mal le français, le comprennent mais ont de grosses difficultés à l’oral. Une succincte formation après le bac de 2 sessions de 3 jours/an. Rappelons que le français n’a été réintroduit qu’en 1990 après presque 20 ans de malgachisation. Seuls ceux qui fréquentaient les écoles d’expression française ont pu continuer des études supérieures ou continuaient leur études en France Cette année, les résultats au bac sont catastrophiques ; 39,40% de réussite – régression de 8 points par rapport à l’an dernier.

Actuellement de nombreux débats autour du système éducatif, mise en avant de la gratuité dans le public depuis 2013, mais toujours pas à ce jour mis en application… les caisses sont vides… le pays est au bord de la crise sociale. Diriger un pays après 5 ans de crise n’est pas facile. Cette crise a laissé de nombreuses séquelles, tant sur le plan politique que social ou économique. Le gouvernement souhaiterait constituer un fond spécial destiné à encourager la création d’emploi. L’Ariary (monnaie locale) est dévalorisé, il est question de le rehausser de 50 % sa valeur afin d’éviter l’explosion sociale.

Hery Rajaonarimanpianina, Président de la République élu en octobre 2013 (dont j’ai vécu la campagne l’an dernier) après une transition de 5 ans suite à un coup d’état, aura fort à faire. Vous avez eu sa visite la semaine dernière en France : négociations en cours, appel aux investisseurs… des miettes encore pour le peuple malgache : 90% de la population aux conditions de vie désastreuses. Quand il nous arrive d’aborder le sujet, les gens sont fatalistes, ils ne croient plus au changement. Les jeunes n’ont pas de travail, bien souvent après le bac ou quelques années d’université, ils sont chauffeurs de taxi, vendeurs ambulants… Bref, c’est un vaste chantier !

En revanche, nous, nous continuons à apporter notre petite goutte d’eau en scolarisant plus de 230 enfants. Nous préparons activement cette rentrée, je suis rôdée quant à l’organisation. Cette année la « grande » Catherine et Nelly m’épaulent tous les AM (le matin elles prennent les enfants en charge de 8h à midi en 2 groupes).

Je vous brosse un tableau morose, mais rassurez-vous, nous vivons plein de bons moments, nous faisons plein de rencontres sympa. Les gens sont toujours aussi accueillants, les enfants adorables, vraiment du donnant-donnant. Catherine et Nelly ouvrent grand les yeux, les oreilles, s’émerveillent, s’étonnent… il y a de quoi, comme moi la 1ère année… les 3 retraitées s’éclatent.

Nous aurons encore deux temps forts, celui de la visite médicale tout ce WE et la rentrée des classes pour le 6 octobre. Ensuite, nous espérons nous lâcher un peu, tout en sachant qu’il y a toujours à faire pour l’association. Un certain nombre des enfants que nous prenons en charge n’ont toujours pas d’acte de naissance et nous souhaiterions continuer à les accompagner dans cette démarche comme le faisait Sophie.

Joël va bien, nous le voyons tous les matins, il a récupéré le catamaran et repris les traversées du fleuve pour les gens de Lavibahiny. Nous sommes allées passer une journée là-bas et nous nous sommes baignées dans l’océan indien et profitons bien de l’environnement et les gargotes de Faraf n’ont plus de secret pour nous et avons testé tous les beignets de la ville et le préféré est celui à la banane…

A plus tard…. Bises à tous

Monique

 

 

 

 

 

 

0 Comments

Rentrée scolaire 2013-2014

Le nombre total des élèves pris en charge par AIDEDUFA s’élève à 224 : 129 à Anosinakoho et 95 à Lavibahiny.

Les 129 élèves d’Anosinakoho sont répartis sur 4 écoles primaires publiques (EPP) et 4 écoles privées, en CEG et lycées de Farafangana :

Des résultats :

  • 7 élèves  de 3ème ont passé leur brevet des collèges avec  succès et poursuivent leur scolarité en seconde.
  • 1er bachelier ; Boris a obtenu son baccalauréat. Il rentre au centre de formation pour instituteur. Pour l’encourager, AIDEDUFA s’engage à le prendre en charge le temps de sa formation.
  • Abandons : 2 élèves ont quitté le système scolaire (6ème à 16ans et 4ème à 18ans)
  • Redoublants : 15 élèves en privé et 12 en public. La plupart des redoublements se situent en classe de CE

Cette année, l’UNICEF a fourni à toutes les écoles publiques des kits scolaires:

  • 3 cahiers de 50 pages, 1 stylo bleu, 1 crayon de bois + taille crayon, gomme et une boîte de crayons de couleurs.

Nous avons donc bénéficié de 120 kits pour l’école de Lavibahiny, une économie importante sur notre budget fournitures scolaires.

Lavibahiny

Le projet de l’an dernier, « une école pour Lavibahiny », s’est concrétisé, non sans mal. Le recrutement de 2 enseignants et un certain nombre de tracasseries d’ordre administratif… mais finalement tout était opérationnel au moment de la rentrée des classes.

Lavibahiny et Andréleba ont leur école (3 classes) : construction avec des matériaux locaux, toit en ravenala (palmes) sur un terrain de 1500 m2. Plusieurs tonnes de gros cailloux ont été nécessaires pour les fondations de l’école et du préau …. Les parents d’élèves ont transporté les pierres d’une rive à l’autre et ont participé à la construction de l’école.

Ecole d'enfants à madagascar

Les parents ont donc été partie prenante dans le projet. Ils ont formé un bureau de parents d’élèves, cotisés pour l’achat du terrain. Ils en ont fait don à la commune de Farafangana dont ils sont rattachés administrativement. L’école devient alors une école publique  avec un instituteur pris en charge par le ZAP (Zone d’animation pédagogique).

L’aménagement des classes s’est fait par étape : tables/bancs pour les élèves, bureau de maître, tableaux… armoires en fabrication au moment de la rentrée.

Enfants de l'école en classe à Farafangana - Madagascar

Les parents se sont mobilisés pour rendre le terrain praticable et se chargeront de clôturer. Juste pour situer ; l’école est à 100 m. de la mer.

AIDEDUFA continue d’assurer le salaire de Zaka, l’instituteur. Le 2ème instituteur sera pris en charge par la DREN (Direction Régionale de l’Education Nationale) et le 3ème par les parents d’élèves. Ce qui se fait généralement dans les autres écoles, que nous appelons les maîtres FRAM (association de parents). Mais nous allons vite nous heurter aux difficultés de paiement vu le contexte. L’idée serait que ce salaire soit pris en charge par notre association. Dans nos relations amicales, certains sont prêts à cotiser pour ce salaire.

Depuis un an, un instituteur à la retraite, maitrisant le français, renforce et forme l’équipe enseignante. Rappelons que l’enseignement se fait simultanément en malgache et en français et depuis la malgachisation entre 1972 et 1990, les enseignants ne maîtrisent pas vraiment le français.

120 élèves sont potentiellement scolarisables entre 5 ans et 14 ans, mais en réalité 95 sont inscrits du CP1 au CM2. Nous envisageons à la rentrée 2014 d’ouvrir une classe de pré scolaire/jardin d’enfants pour les 4/5 ans, ce qui implique une extension de l’école.

 

La Santé

La visite médicale annuelle a eu lieu les 28 et 29 septembre au «  Centre Sophie David » avec le Dr Max  comme l’année dernière. Ce fut un réel plaisir de travailler à nouveau avec lui.

Lors de cette visite médicale, le Dr Max a délivré des messages de prévention, d’hygiène, de conduite à tenir  auprès dans les familles.

135 enfants ont été examinés. Une trentaine d’entre eux ont été orientés vers la consultation (chirurgie,  médecine,  ophtalmologie  ou pédiatrie) d’une équipe espagnole présente à Farafangana pour 15 jours début octobre. Des examens divers et bilans  sanguins ont été prescrits (suspicion de drépanocytose).

Cette année, grâce au test d’acuité visuelle, nous avons pu évaluer la vision des enfants. Dans l’ensemble les enfants ont une bonne vue. C’est un souhait, car il n’y a pas d’opticien sur Farafangana. Les ophtalmologistes de l’équipe espagnole pouvaient prescrire des lunettes mais l’opticien au plus près est à 200 km…

Suite à cette visite, nous avons également relevé 1/3 des  enfants qui nécessitaient de soins dentaires. Malheureusement, ce sont les mêmes enfants qu’en septembre 2012 et de nouveaux jeunes enfants… C’est un problème récurrent ; les soins dentaires n’existent pas faute de matériel… Etapes : la carie, la dent tombe ou  est arrachée.

 

La Cantine

Le programme du PAM (Programme Alimentaire Mondial) est suspendu. Farafangana n’est pas dans les priorités, donc pas de cantine au sein de l’association. En revanche les enfants du JE/CP1 et préscolaire/CP1 de l’EPP continueront à bénéficier de la cantine de Ste Marie pour une trentaine  d’entre eux (prise en charge par Aidedufa).

Monique

0 Comments

Nouvelles d’AIDEDUFA – Janvier 2013.

De retour de Madagascar, je vous adresse un petit aperçu du déroulement des actions qui sont menées et… des projets que nous envisageons.

 

SCOLARITE

A Farafangana ville, l’association regroupe 39 familles qui totalisent environ 220 enfants.

105 sont scolarisés, soit dans les écoles et collèges publics de la ville, soit au collège privé de Ste Marie.

Les résultats sont très variables mais, même pour ceux qui peinent à récolter de bonnes notes, le gain est considérable si on réalise que le fait d’assister aux cours régulièrement les aide à se stabiliser et à acquérir au moins quelques rudiments en lecture et calcul.

Les voici tous réunis devant notre nouveau bâtiment qui sert de salle de réunion et de classe.

La-classe-enfants-aidedufa-2012

Sur les villages de lavibahiny et Andraleby de l’autre côté du fleuve, nous continuons à scolariser les enfants et les cours ont toujours lieu dans l’ancienne église désaffectée.

Zaka, l’instituteur, se partage entre environ 70 enfants en pré-scolaire, CP et CE1 et CE2.

La-classe-enfants-aidedufa-2012

Vous pouvez constater que les enfants sont assis par terre ce qui n’est pas la position idéale pour travailler ! Nous souhaitons pouvoir commander bientôt des tables et des bancs dès que nous aurons le budget nécessaire.

Zaka part en canot d’Andraleby le matin avec quelques écoliers du village pour traverser un bras de fleuve jusqu’à l’école.

 bateau-fleuve-aidedufa-2012

Les grands de CM1 et CM2 traversent le fleuve avec Joël sur le trimaran (qui sert aussi d’autobus pour les femmes qui vont au marché vendre leur pêche), ils sont scolarisés dans notre nouveau bâtiment.

Le-bateau-aidedufa-2012

Grâce à Corinne qui a fait une merveilleuse collecte de cirés et de K-ways, une bonne partie de nos petits écoliers sont maintenant à l’abri des grosses pluies tropicales et peuvent ainsi éviter les bronchites qui sont nombreuses en période de pluie.

Les-kaways-aidedufa-2012

Notre nouveau bâtiment qui s’appelle, bien sûr, « Centre Sophie David » est maintenant opérationnel pour recevoir les écoliers et les réunions de parents. Dès que possible, nous installerons une cantine pour les enfants. La cuisine est prête dans le bâtiment mais il reste à programmer l’achat du riz et le salaire des cuisinières….

Joël distribue déjà du riz aux familles les plus nécessiteuses. Le riz est la nourriture de base, la ration quotidienne pour une personne est d’environ 300 grammes et le kilo coûte 40 centimes. Beaucoup de ces familles vivent avec moins d’un euro par jour et certaines mamans ont donc bien du mal à rassasier tous leurs enfants.

coucher-soleil-farafangana-madagascar

Comme vous le voyez, nous avons encore plein de projets et, grâce à vous tous, nous espérons les mener à bien.

Un grand merci et tous nos souhaits de bonne et heureuse année.

 

Catherine

0 Comments

« Apsara » le livre de Sophie David-Guilloux

Mars 2000, une nantaise, Sophie David-Guilloux débarque à Farafangana, côte sud-est de Madagascar. Une immersion programmée de longue date avec son mari et leur fils adoptif, malgache d’origine.
Auprès d’une population malmenée par son histoire, son caractère entier et altruiste suscite curiosité, respect et parfois aussi suspicion, voire jalousies. Costumière dans l’entreprise familiale puis, régisseuse à la librairie du Musée des Beaux-arts de Nantes, Sophie se revendique artisane.

L’entreprise de pêche créée dès leur arrivée à Farafangana, une petite ville bien enclavée, fait découvrir à toute la famille des joies simples mais aussi les difficultés de survie au quotidien de ces pêcheurs et pêcheuses malgaches.

Couverture du livre "Apsara"Sophie devient vite « Maman Sophie » à qui on vient tout demander, scolarité, soins médicaux, demarches administratives… En majorité analphabète, le petit peuple de Farafangana a trouvé en elle une aide précieuse.

Lorsqu’elle quitte ce monde en mars 2010, elle laisse derrière elle une solide organisation basée sur les parrainages et les dons. Son mari s’efforce de perpétuer son œuvre en compagnie du bon Docteur Claude Ravelojaona et de tous les parents bénéficiaires de l’association AiDeDuFa (Aide au Développement Durable à Farafangana).

  • Format : 150 x 210 mm, 316 pages avec photos couleurs, sur offset 80 grs
  • Couverture quadrie avec pelliculage, sur couché 300 gr
  • Dos carré collé

 

Téléchargez le bon de commande

Le bon de commande est à adresser à:
Association Aidedufa, 3 rue d’Erlon, 44000 Nantes – France

Joindre un chèque de 25 € (par exemplaire) à l’ordre de : Association Aidedufa

→ Possibilité d’envoi par la Poste ( 2,50 € )
→ A retirer à : Aidedufa Association, 3 rue d’Erlon, 44000 Nantes – France

 

0 Comments

Production d’un Album CD

Les femmes de Farafangana Chantent…

L’association Aidedufa vient de produire l’enregistrement d’un disque. L’intégralité des bénéfices des ventes des disques est reversée à l’Association Aidedufa.Vous pouvez dorénavant acheter ce disque en nous envoyant un chèque de 10 euros à l’ordre de l’ « Association Aidedufa » à envoyer au 3 rue d’Erlon 44000 Nantes. Nous vous ferons parvenir aussitôt votre disque à réception du paiement.

1 disque = 10 Euros

 

 

CD Association Aidedufa

association, aide, enfants, madagascar, farafangana, disque, CD

Chanté par : Marie Brigitte, Jojo, Elicia, Dety, Jeanne, Alphonsine, Josiane, Kembalette, solange, Modestine, jeannine, Ravololo, Tsanaly, Volatiana, Elisabeth, Ghislaine, Madeleine.

Produit par AIDEDUFA (Aide au développement durable à Farafangana) Madagascar.

Contactez-nous

0 Comments