Tag Archives: Madagascar

Rentrée scolaire 2016-2017 – Farafangana – Lavibahiny

 

La rentrée scolaire s’est effectuée 15 jours plus tôt que les années précédentes.

Il semblerait que les rentrées scolaires se calqueraient sur le système des écoles françaises dès la rentrée 2017.

Déjà toutes les écoles d’expression française s’alignent sur les rythmes scolaires français.

 

 

 

Animation

Les enfants de l’école Sainte Marie n’ont pu participer qu’à une semaine d’animation du fait que la rentrée ait eu lieu plus tôt. Quant aux écoles publiques, elles ont pu en bénéficier pendant 2 semaines ½, toujours dans le même objectif; cette approche de la langue française par le jeu, le chant et divers exercices. C’est avec beaucoup d’attention et de plaisir que les enfants s’adonnent au coloriage et découpage. Depuis 3 ans ils s’exercent avec application, à l’utilisation de ciseaux, très concentrés en tirant la langue.

L’accent sur l’hygiène est toujours à l’ordre du jour ; avant chaque séance d’animation, les enfants prenaient un malin plaisir à la pompe tous les matins à la 1ère heure, se laver les mains, se moucher, se laver le nez.

Cette année Catherine a été secondée par Dolorès (jeune fille de la famille qui nous héberge), une aide précieuse, sans elle l’animation était compromise, les enfants ne parlant pas le français, mais pigent très vite avec l’intervention de Dolorès.

 

animationAu plaisir pris par les enfants quand ils sont dans ce lieu, il nous semblerait judicieux que le CSD (centre Sophie David) pourrait bénéficier à ces enfants du primaire le dimanche AM et pendant les vacances scolaires pour jouer, lire, dessiner……

Dolorès était partante dans la mesure de sa présence. Les élèves du lycée pourraient aussi y participer à tour de rôle.

Projet à peaufiner.

 

Visite chez les pompiers

Visite des pompiersSuite à une rencontre d’un jeune volontaire pompier, nous avons pu organiser une visite au centre des sapeurs-pompiers de Farafangana.

Les enfants étaient ravis de connaître les lieux et le fonctionnement du centre.

Le volontaire a fait preuve de pédagogie, discours axé sur la prévention.

 

 

Les effectifs de cette rentrée

  • 47 élèves en secteur privé, répartis entre Ste Marie (26 élèves du JE au CM2, 16 de la 6ème à la 3ème), N D de Confiance (2 élèves en primaire), St Vincent de Paul (1 lycéenne en seconde et 2 lycéennes en 1ère)
  • 74 élèves en secteur public : 53 élèves du préscolaire au CM2 (dans 6 écoles primaires publiques), 16 collégiens de la 6ème à la 3ème (2 CEG), et 5 lycéens de la seconde à la terminale au lycée Tata Max.
  • Au 15 octobre, suite au mouvement de grève dans le secteur public nous ne sommes pas en mesure de donner le nombre d’élèves inscrits à l’école de Lavibahiny, mais théoriquement cela tourne autour de 110 élèves.
  • Pour 4 élèves entrant en 6ème, à Farafangana, nous avons pris en charge les frais de scolarisation et distribué les cahiers nécessaires.

L’équipe pédagogique de Lavibahiny est toujours composée de 3 instituteurs nommés par l’éducation nationale + Zaka et Aurélien toujours pris en charge par Aidedufa.

Une nouvelle classe pour les enfants de 4/5 ans (pré scolaire) est en projet de construction à Lavibahiny pour être opérationnelle avant fin déc. 2016.

Cette année, nous avons mis un point d’honneur à la scolarisation de 65 élèves (dont 50 en primaire) qui sans les kits scolaires, n’auraient pas été scolarisés. Ce sont essentiellement des enfants vivants avec leurs grands-parents. C’est un véritable budget, mais équilibré par le fait d’une diminution d’inscriptions d’élèves dans le secteur privé.

Redoublants : Privé : 7 élèves – Public : 14 élèves – Privé/Public : 4 abandons

3 lycéens ont obtenus leur BAC : pour l’un d’eux, il poursuivra ses études à Fianarantsao dans une filière scientifique.

Suite à une visite au centre pénitencier de Farafangana, AIDEDUFA a fait don de cahiers et crayons pour les mineurs incarcérés. Ayant renouvelé un certain nombre de Lovako, livres de classe détériorés de Ste Marie, nous avons fait don des anciens livres usagés.

 

Visite médicale annuelle

47 familles sont toujours prises en charge et 137 enfants de ces familles ont été examinés par le médecin (+ 2 nouvelles naissances en 2016).

Visite médicale annuelleElle a eu lieu sur 2 jours, les 26 et 27 septembre pour les enfants d’Anoshinakoho et le 10 octobre pour de Lavibahiny, avec une équipe étoffée : le Dr Max, Joël, Sylvie (étudiante sage-femme), Catherine, Dolorès, Romualdine et moi-même, chacun à son poste pour une bonne coordination.

Avant chaque visite médicale, le médecin rappelle des messages de prévention d’hygiène de vie pour une meilleure santé. Sylvie s’est chargée auprès de chaque famille d’un petit topo sur l’hygiène bucco-dentaire … Cette année, nous avons fait en sorte d’être équipés en pharmacie afin de répondre rapidement à une demande médicale pendant la visite. Comme les années précédentes nous avons fourni du savon, des brosses à dent et dentifrice.

Visite médicale annuelleSuite à cette visite médicale, nous avons à nouveau profité de la présence de l’équipe espagnole pour leur adresser quelques enfants en orthopédie (équipement d’une prothèse chez un enfant de 5ans afin de lui faciliter la marche), en chirurgie (intervention abdominale chez une petite fille) et en pédiatrie pour 5 autres pathologies (dont 2 enfants orientés vers l’hôpital pour une fièvre typhoïde et 2 autres pour contrôle cardiaque).

Durant notre séjour, suite aux prescriptions médicales, nous avons été très sollicités pour divers soins locaux et injections … un défilé dès 7h et après 16h, « au dispensaire de proximité »

A la visite médicale de Lavibahiny, le Dr Max a de nouveau abordé la contraception avec les femmes en les informant du centre de planification à Farafangana.

Pour une jeune fille épileptique recensée l’an dernier : mise en place d’un traitement anti épileptique qui sera pris en charge par AIDEDUDA au long terme. Romualdine se chargera de l’accompagner chez le médecin de façon régulière pour le renouvèlement de son traitement.

 

Soins dentaires

soins dentairesDepuis plusieurs années, lors des consultations médicales nous orientons les enfants vers des soins dentaires, mais aucun enfant n’accédait aux soins malgré notre sollicitation. Il est vrai que les soins se résument bien souvent aux extractions.

Cette année nous avons donc pris contact avec une dentiste qui est venue au CSD pour informer les parents, les rassurer et donner quelques conseils d’hygiène buccale et alimentaire. Suite à cette information, un rapide diagnostic a été posé pour 42 enfants (sur 137 enfants vus à la visite médicale) sur des soins sur carie et extraction.

Avant notre départ, nous avons ensuite mis en place un planning de visites vers le cabinet dentaire et accompagné les 1erenfants avec leurs parents. Dolorès prenait le relais.

 

Réunion de « parents d’élèves » – Distribution des fournitures scolaires

Distribution des fournitures scolairesIntervention de Joël accueillant les familles et rappelant notre engagement à tous, bénéficiaires et bénévoles pour le bon fonctionnement de l’association.
Nous rappelons à nouveau les messages de prévention d’hygiène de vie, d’éducation à la santé déjà évoqués par le docteur Max, mais en apportant des précisions sur nos actions pouvant aider au quotidien et de rester en bonne santé : hygiène corporelle, brossage des dents, se moucher, se laver les mains avant chaque repas et des repas équilibrés si possible.

Nous rappelons à nouveau aux parents d’encourager leurs enfants à aller en classe et les accompagner si nécessaire pour certains. Le soutien scolaire est toujours d’actualité et a lieu tous les samedis au CSD avec Aurélien pour les enfants du CP eu CM2.

Cette année, Zénestine est rentrée en 6ème et pour des raisons familiales nous avons, avec son concours, opté pour l’internat à Ste Marie. Elle semble très heureuse de ce choix.

 

Archivage

Depuis quelques années nous nous sommes attelés aux « archives », médicales et scolaires. Nous avons procédé au classement des fiches médicales et extraits de naissances par famille et enfant et dans un 2ème classement, les dossiers scolaires par année et enfant. Cela représentait un gros travail accompli par Nelly, Catherine et Gégé cette année.

archivageJusqu’à cette année nous conservions tous les documents. Suite à cet archivage, nous avons remis aux familles les dossiers des enfants sortis du système scolaire (45 enfants), sauf pour quelques familles où il paraît nécessaire que les dossiers restent au CSD. Hormis ces enfants sortis du système scolaire, 6 enfants sont décédés depuis 2011.

47 familles dont 132 enfants restent à ce jour bénéficiaire d’AIDEDUDA.

 

remerciementsMoment émouvant quand la parole fut donnée aux représentants des familles bénéficiaires. Nous avons été remerciés pour notre implication dans l’association et de l’aide apportée pendant ces 6 semaines : scolarité, soins médicaux, accompagnements divers. Nous avons été une fois de plus gâtées par les familles… paniers et diverses vanneries

Monique Bachelier

0 Comments

Rapport AIDEDUFA – Mars 2016

Chers ami(e)marraines, parrains et donateurs,

Aidedufa continue de son mieux, grâce à votre aide à tous, à concrétiser ses projets et …à en prévoir de nouveaux.

1. A l’école de Lavibahiny.

Extension de l’école : ajout d’une classe supplémentaire au premier bâtiment qui accueille désormais le CP2.

Extension de l'école à Farafangana

Construction d’une nouvelle classe de 7m/5m

Matériaux traditionnels (la charpente est magnifique)

Construction-nouvelle-classe-detail-charpente-traditionnelle-

Construction-nouvelle-classe-association-farafangana-madagascar

Cette nouvelle classe accueille 40 enfants en CP1 (à Madagascar, le CP se fait en 2 années).

Finition des WC reliés à une fosse septique, pose de sièges en céramique à la turque et creusement d’un puits pour l’alimentation en eau des sanitaires.

Finition-wc-fosse-septique

pose-sieges-wc-ceramique

Les peintures sont au programme !

Désormais, l’école de Lavibahiny accueille 116 enfants répartis en 5 classes. Trois instituteurs sont nommés et rémunérés par l’Education nationale malgache et les deux autres sont payés par Aidedufa.

 

2. A Farafangana-ville

Le Centre Sophie David (CSD), maintenant doté d’eau grâce à la pompe et au château d’eau qui recueille les eaux de pluie, continue à accueillir les enfants pour le soutien scolaire, les réunions de parents, visite médicale etc.

L’entretien du bâtiment et du terrain est effectué régulièrement par les familles bénéficiaires sous la direction de Romualdine.

pompe-chateau-eau-de-pluie

refection-entretien-batiment-

Romualdine, notre précieuse référente sur place, contresigne tous les mois les bulletins scolaires des enfants, ce qui permet de suivre les progrès ou les faiblesses de chacun.

Elle est également en charge du suivi administratif (Alloc – Fisc – Oseifa : médecine du travail)

Aide aux familles

  • Pour la réparation des maisons (réfection de toitures, planchers etc) En 2015, 25 familles ont été aidées par Aidedufa pour une somme totale de 1000 euros.
  • Distribution ponctuelle de riz aux familles en grande difficulté. (environ 500kg)

Formation de pilotes de hors-bord

Joël a initié au pilotage de hors-bord, des garçons d’Aidedufa sortis du système scolaire, dans le but d’être embauchés par une ONG allemande WHH. L’initiation a été faite avec le matériel de WHH. 

formation-de-pilotes-hors-bord

Aide individuelle à Sylvie

Sylvie, une jeune fille de Farafangana, a obtenu son bac en 2015.

A l’instigation de Monique, un groupe d’amis d’Aidedufa et autres s’est cotisé pour offrir à Sylvie sa formation de sage-femme à l’Institut de formation professionnelle des paramédicaux a Farafangana.

La formation s’échelonne sur 3 ans.

3. Les projets d’Aidedufa !

Pour Lavibahiny

Il serait très intéressant de pouvoir accueillir les enfants en âge pré-scolaire. (Environ 40 enfants)

Cela nécessite l’extension du domaine scolaire afin d’édifier une classe pour les petits avec une cour fermée et un préau.

D’autre part, nous prévoyons l’installation d’un dispensaire pour les premiers soins aux enfants et à leurs familles.

Pour Farafangana-ville

Formation à l’informatique et initiation à internet.

Recherche de matériel et acheminement de celui-ci.

Les formateurs seraient recrutés sur place.

 

4. Contexte social

Il est malheureusement inchangé s’orientant plutôt vers une détérioration des conditions de vie (insécurité, hausse des prix, malnutrition chronique…)

Merci à tous !

 

 

0 Comments

Rapport Aidedufa – Décembre 2015

Bonjour à tous,

Joël est retourné à Farafangana depuis le début de septembre ; Monique et Catherine L. l’ont rejoint pour quelques semaines, ce qui permet de vous donner dès maintenant un petit aperçu de la vie de l’association.

L’animation :

Avant la rentrée scolaire qui a eu lieu le 30 septembre, Catherine L. et Monique ont accueilli les enfants en 2 groupes :

  • Les CE -25 à 28 enfants

Avec les CE : Nous tentons de parler français mais nous constatons que les CE ne comprennent pas du tout la langue. L’apprentissage qu’ils en ont est du « par cœur » mais la compréhension n’y est pas. Les fiches que nous photocopierons nous serons d’une aide précieuse et nous ferons durant ces semaines du repérage de mots, des coloriages, découpage et collage. Les consignes sont parfois difficiles à intégrer, c’est une façon de travailler qu’ils ne connaissent pas. Dolorès qui a une compréhension parfaite du français nous facilite la tâche. Ils se prennent au jeu des fiches et finissent par mieux les appréhender et comprendre les consignes. L’activité se déroule sur ¾ d’heure et quand ils commencent à demander à aller faire pipi, il est temps d’imaginer autre chose. Les chansons : ça marche toujours très fort. Moins vaillante que l’an dernier nous jouerons moins à l’extérieur.

Avant la rentrée des classes

 

  • Les CM -18 à 23 enfants.

Avec les CM : environ 22 enfants sont venus. Peu de connaissance du français : les fiches les déstabilisent mais une fois la consigne et un exemple clairement exprimés en français ils prennent plaisir à les faire. Toutefois beaucoup d’automatisme et peu de logique sans doute lié au « par cœur »

Travail d’observation : 2 dessins qui a première vue sont identiques chercher les 7 ou 8 différences Beaucoup de difficulté par manque de concentration me semble-t-il

Comme les CE, ils se ruent sur les LEGO, apprécient aussi beaucoup de colorier les Mandala –moment de pause et concentration.

Nous avons chanté et fait quelques jeux dehors

La dernière matinée nous avons organisé le goûter : bonbon anglais et biscuits succès garanti

Parties de LEGO

La rentrée scolaire :

A Farafangana-ville : 127 enfants scolarisés

  • 56 élèves en secteur privé, répartis entre Ste Marie (32 élèves du JE au CM2, 18 de la 6ème à la 3ème), N D de Confiance (3 élèves en primaire), St Vincent de Paul (2 lycéennes en seconde et 1 lycéen en terminale)
  • 71 élèves en secteur public : 55 élèves du préscolaire au CM2 (dans 6 écoles primaires publiques), 11 collégiens de la 6ème à la 3ème (2 CEG), et 5 lycéens de la seconde à la terminale au lycée Tata Max.

116 élèves inscrits à l’école de Lavibahiny du CP1 au CM2. (La 4ème classe est construction). 8 élèves de CM2 sont entrés en 6ème à Farafangana en octobre 2015.

L’équipe pédagogique de Lavibahiny est composée de 3 instituteurs nommés par l’éducation nationale + Zaka et Aurélien toujours pris en charge par AIdedufa.

Les effectifs restent stables. Nous répondons toujours à une demande de kits et de frais généraux pour 47 élèves, en augmentation cette année. Ce sont bien souvent les grands parents, sans ressource qui assurent l’éducation de leurs petits-enfants, leurs propres enfants ont quittés Farafangana à la recherche d’un emploi.

La visite médicale.

Elle a eu lieu sur 2 jours, les 26 et 27 septembre pour les enfants d’Anoshinakoho et le 10 octobre pour de Lavibahiny, toujours avec le même médecin, le Dr Max.

Avant chaque visite médicale, le médecin rappelle quelques messages de prévention d’hygiène de vie pour une bonne santé. L’an prochain, il faudra mettre l’accent sur d’autres messages de prévention suite à 2 accidents dramatiques : 2 enfants décédés de 2 ans ½ (un puits non protégé à Farafagana et absorption de produit toxique à Lavibahiny)

En fin de visite médicale à Lavibahiny, le Dr Max a abordé la contraception avec les femmes en les informant du centre de planification à Farafangana et les a invitées à refaire le point l’année prochaine (beaucoup de familles nombreuses à Lavibahiny).

A chaque visite médicale, nous reprenons une nouvelle fiche sanitaire et le carnet de santé (mise à jour la taille, le poids et observations médicales). Le test d’acuité visuel est toujours d’actualité, mais malheureusement si l’enfant à besoin de lunettes, il est pratiquement impossible de s’en procurer à Farafangana.

La visite médicale à Lavibahiny fut une 1ère et n’avons utilisé que la fiche sanitaire (110 consultations). Elle a eu lieu dans la petite église, qui avait fait office de classe avant la construction de l’école. Zaka et Aurélien se sont chargés de l’organisation, matériellement et auprès des familles.

La visite médicale du Dr Max

Les travaux :

Comme prévu, une classe supplémentaire doit compléter l’école de Lavibahiny. Les travaux ont bien commencé mais ils sont stoppés pour

le moment à la suite de la mauvaise volonté des parents d’élèves qui rechignent à transporter les matériaux sur le fleuve !

Une classe supplémentaire en chantier

Au CSD : La pompe et les sanitaires sont installés. L’eau à la pompe permet d’alimenter toutes les activités qui ont lieu sur le site.

aidedufa-association-aide-enfants-madagascar-6 aidedufa-association-aide-enfants-madagascar-5

 

Très amicalement à tous.

0 Comments

Rentrée scolaire 2015-2016 Farafangana – Lavibahiny

Le voyage reste toujours éprouvant en taxi brousse malgré les 2 chauffeurs. La loi exige deux chauffeurs sur les 17h-18h de route aux multiples nids de poules et de piste.

Au petit matin, nous nous approchions de Farafangana et retrouvions les « petites bouilles » connues ….et oublions vite les désagréments de la route.

Pendant 6 semaines j’ai partagé mon quotidien avec Catherine. Des pensées vers Nelly qui aurait tant voulu être parmi nous, mais qui a toutefois participé à la préparation de l’animation avec Catherine avant notre départ.

 

Animation

Comme l’an dernier, en attendant la rentrée des classes, chaque matin, pendant 2 semaines 1/2, Catherine est intervenue auprès de 2 groupes d’enfants des écoles primaires. Cette année, nous nous sommes équipées de fiches techniques de « math » et de « français » (conseillées par des instits dans nos relations), des mandalas et les coloriages.

Toujours avec la participation des 2 instits de l’an dernier (Zaka-Aurélien + Dorothée lycéenne en terminale-jeune fille de la famille qui nous héberge) et le même objectif, nous avons poursuivi cette approche en langue française, par le jeu, le chant, et les divers exercices.

(De mon côté avec Romualdine et Joël nous étions à l’organisation de la rentrée scolaire, à la préparation des fournitures scolaires.)

 

Les effectifs de cette rentrée

  • 56 élèves en secteur privé, répartis entre Ste Marie (32 élèves du JE au CM2, 18 de la 6ème à la 3ème), N D de Confiance (3 élèves en primaire), St Vincent de Paul (2 lycéennes en seconde et 1 lycéen en terminale)
  • 71 élèves en secteur public : 55 élèves du préscolaire au CM2 (dans 6 écoles primaires publiques), 11 collégiens de la 6èmeà la 3ème (2 CEG), et 5 lycéens de la seconde à la terminale au lycée Tata Max.
  • 116 élèves inscrits à l’école de Lavibahiny du CP1 au CM2. (La 4ème classe est construction). 8 élèves de CM2 sont entrés en 6ème à Farafangana en octobre 2015.

L’équipe pédagogique de Lavibahiny est composée de 3 instituteurs nommés par l’éducation nationale + Zaka et Aurélien toujours pris en charge par Aidedufa.

Les effectifs restent stables. Nous répondons toujours à une demande de kits et de frais généraux pour 47 élèves, en augmentation cette année. Ce sont bien souvent les grands parents, sans ressource qui assurent l’éducation de leurs petits enfants, leurs propres enfants ont quittés Farafangana à la recherche d’un emploi.

Redoublants : Privé= 11 élèves sur 61 – Public = 18 élèves sur 71 – Privé/Public= 5 abandons

 

La formation

Que deviennent les élèves ayant décrochés le BAC ?

Jusqu’à présent la prise en charge d’AIDEDUFA cessait au Bac. Si le jeune restait sur Farafangana, il était encore possible de l’aider. La situation ne s’est pas vraiment présentée.

Mais cette année, nous avons été touchés par le cas de Sylvie. Elle a obtenu son BAC et passé la sélection pour intégrer l’école privée de sage femme de Faraf., mais sans aucun moyen financier. Nous connaissons bien Sylvie depuis quelques années, elle vend des samos et yaourts de sa fabrication pour financer sa scolarité. ADDF l’a aidée de façon ponctuelle l’an dernier.

Vu la motivation de Sylvie, nous pensions qu’avec notre réseau d’amis, il serait aisé de soutenir son projet, financer sa formation. Le réseau a bien fonctionné. Ces dons recueillis seront sur une ligne budgétaire spéciale formation.

Nous tiendrons informés les donateurs tout au long de la formation de Sylvie.

 

Réunion de « parents d’élèves » le 4 octo./ distribution des fournitures scolaires

Intervention de Joël accueillant les familles et rappelant notre engagement à tous, bénéficiaires et bénévoles pour le bon fonctionnement de l’association.

Nous rappelons à nouveau les messages de prévention d’hygiène de vie, d’éducation à la santé déjà évoqués par le docteur Max, mais en apportant des précisions sur nos actions pouvant aider au quotidien et de rester en bonne santé (hygiène corporelle, brossage des dents, se moucher, se laver les mains avant chaque repas…). Nous avons distribué du savon à chaque famille.

Les parents doivent encourager leurs enfants à aller en classe et les accompagner si nécessaire pour certains. Le soutien scolaire est toujours d’actualité et a lieu tous les samedis au CSD avec Aurélien pour les enfants du CP eu CM2.

Afin de mieux assurer le soutien scolaire des enfants d’Anoshinakoho, Aurélien, instituteur à Lavibahiny va participer à la prochaine session (1er trimestre 2016) de l’Alliance Française à une formation à la langue française……Aidedufa prendra cette formation en charge.

Quelques rappels concernant le matériel scolaire et les livres …… sur lesquels il est interdit d’écrire, d’arracher les pages ou découper les illustrations. Nous constatons encore des livres en très mauvais état, lesquels qui devraient faire 3 à 4 années», livres pour Ste Marie à notre charge. Nous comprenons aussi que les conditions de vie n’arrangent en rien ce constat.

En fin de réunion, la parole est donnée aux parents et représentants les familles bénéficiaires : Ces derniers remercient l’association AIDEDUFA pour l’aide que nous leur apportons au quotidien : scolarité, soins médicaux, aide aux familles (exemple lors du dernier passage du cyclone, 24 maisons ont été réparées). Comme l’an dernier, moment émouvant et plein de sincérité à la présentation du cadeau de la part des familles, deux jolis paniers en raphia.

 

Le foyer des jeunes

Nous l’avons découvert en nous baladant. Il est situé où se trouvait l’Alliance Française (déplacée à 500 m.). Ce jour là, une banderole affichait en Malgache un séminaire de 3 journées Notre curiosité nous incita à en savoir davantage. Nous avons alors rencontré deux jeunes femmes, l’une juriste de formation et l’autre sage femme. Ce séminaire réunissait des jeunes pairs volontaires, membres d’associations locales œuvrant dans les quartiers de Farafangana. Par la suite, nous avons eu différents échanges avec ces 2 jeunes femmes. Tous les mercredis AM a lieu un temps de rencontre favorisant des échanges en français.

Nous avons été invités à participer un AM dans ce cadre. Par la suite, nous avons communiqué cette info aux jeunes d’Anoshinakoho : 15 jeunes ont répondu à cet appel, en espérant qu’ensuite ils fréquenteront ce lieu où ils trouveront un billard, des documents pour leur scolarité, s’exerceront à des instruments de musique et avant tout se mêler à ce lieu d’échange.

 

Visite médicale annuelle

Elle a eu lieu sur 2 jours, les 26 et 27 septembre pour les enfants d’Anoshinakoho et le 10 octobre pour de Lavibahiny, toujours avec le même médecin, le Dr Max.

Nous avons rondement mené ces 2 opérations. Après quelques années de pratique, nous sommes organisés et rôdés, chacun à son poste (taille, poids, test visuel, secrétariat, consultat° méd.)

Avant chaque visite médicale, le médecin rappelle quelques messages de prévention d’hygiène de vie pour une bonne santé. L’an prochain, il faudra mettre l’accent sur d’autres messages de prévention suite à 2 accidents dramatiques : 2 enfants décédés de 2 ans ½ (un puits non protégé à Farafagana et absorption de produit toxique à Lavibahiny)

En fin de visite médicale à Lavibahiny, le Dr Max a abordé la contraception avec les femmes en les informant du centre de planification à Farafangana et les a invitées à refaire le point l’année prochaine (beaucoup de familles nombreuses à Lavibahiny).

A chaque visite médicale, nous reprenons une nouvelle fiche sanitaire et le carnet de santé (mise à jour la taille, le poids et observations médicales). Le test d’acuité visuel est toujours d’actualité, mais malheureusement si l’enfant à besoin de lunettes, il est pratiquement impossible de s’en procurer à Farafangana.

La visite médicale à Lavibahiny fut une 1ère et n’avons utilisé que la fiche sanitaire (110 consultations). Elle a eu lieu dans la petite église, qui avait fait office de classe avant la construction de l’école. Zaka et Aurélien se sont chargés de l’organisation, matériellement et auprès des familles.

Nous avons pu constater l’intérêt de cette visite : plusieurs orientations en urgence et cas traités sur place. Nous étions équipés d’une pharmacie (produits pour soins locaux, paracétamol, antibiotiques, traitements paludisme et antiparasitaires…) mais insuffisante pour traiter les pathologies diverses. L’an prochain, nous essaierons de nous équiper en fonction de. (à voir avec le Dr Max)

Nous avons fait le point avec Zaka sur les nouvelles familles et naissances (28 naissances en 2014, pas encore de chiffres pour 2015), les familles qui ont quittées le village et les décès. Nous avons relevés plusieurs enfants décédés entre 2014 et 2015 (10 enfants entre 1 et 8 ans), sans pouvoir connaître le motif du décès.

A Farafangana, 53 familles sont toujours prise en charge et 137 enfants de ces familles ont été examinés par le médecin (+ 4 naissances en 2015).

Toujours autant de caries non soignées… les 2/3 des enfants sont concernés.

 

Différentes orientations suite aux visites médicales :

  • Centre de dépistage tuberculose – 1
  • Test glycémique -1
  • Bilan drépanocytose – 4
  • Test diagnotic rapide (TDR) du paludisme – 2
  • 5 enfants vers l’équipe médicale espagnole présente la 1ère quinzaine d’octobre à l’hôpital d’Ambatoaba, en pédiatrie, ophtalmo et conseil en chirurgie.

 

Traitements donnés :

  • 27 traitements à l’Abendazole/Antiparasitaires
  • 10 traitements antimycosiques
  • 9 traitements antibiotiques
  • 3 traitements antipaludéens
  • 6 traitements antipyrétiques
  • 3 doses de vitamines A

Il n’a pas été relevé de pathologie lourde. En revanche à Lavibahiny, nous avons relevé davantage de pathologies (dermatoses diverses, fortes fièvres liées au paludisme, brûlures 2ème degré non soignées).

Une des brûlures a été provoquée suite une crise d’épilepsie (chute dans le feu). Quelques jours plus tard, cette jeune fille a refait une crise en notre présence. Nous apprenions alors que cette épilepsie n’était pas traitée.

Joël se chargerait peut- être d’accompagner cette jeune fille de 17 ans à l’hôpital, afin de mettre en place un traitement.

Durant mon séjour, j’ai été largement sollicitée en bobologie et soins qui relevaient davantage de structures hospitalières, mais l’accessibilité aux soins n’est pas à la portée de tous. Les soins au dispensaire ne sont pourtant pas onéreux, mais encore trop chers pour ceux qui n’ont pratiquement pas de revenu, juste de quoi se nourrir.

 

Des situations qui nous ont particulièrement bousculés

A Lavibahiny, une maman nous a présenté sa fille de 2ans en détresse respiratoire et une forte fièvre. Nous l’avons très vite orientée vers l’hôpital de Farafangana, le temps de traverser le fleuve et que Joël l’accompagne à l’hôpital. Pas de médecin à l’accueil des urgences entre midi et 14h, un dimanche. Elle est donc prise en charge par un infirmier qui la met sous oxygène. Dans l’heure qui suit nous apprenons que la petite fille n’a pas survécu. La maman avouait alors que sa petite fille aurait absorbé un insecticide… nous n’en saurons pas davantage. La maman est repartie avec son enfant en pirogue.

2ème situation : Une jeune maman (ex bénéficiaire d’Aidedufa) se présente à la maison avec une plaie importante au niveau du tibia infectée (T° à 40). Elle a fait une chute de vélo qui date de 15 jours. Elle allaite son bébé de 3 mois, dit ne plus avoir de lait. Nous l’avons mis sous antibiotiques et antipyrétiques sur les conseils du Dr Max, prodigué des soins locaux et donné quelques conseils concernant l’allaitement et surtout une bonne hydratation.

Je l’ai revue régulièrement pour le soin de plaie pendant plus de 15 jours. Le bébé est à nouveau allaité sans problème.

D’autres situations : Le frère de Romualdine s’est grièvement blessé à un doigt en mécanique  (soins pendant 3 semaines)…. Les brûlures à Lavibahiny…..

Joël évoquait dans un de ses messages dernièrement, le projet d’un dispensaire….il y aurait nécessité à Lavibahiny ….. projet à construire, à développer…..

Monique Bachelier

0 Comments

Rentrée scolaire 2012-2013

La rentrée s’est effectuée en 2 temps cette année ; le 2 octobre en secteur privé et le 9 octobre en secteur public.
Certains élèves ont abandonné le système scolaire : 8 élèves entre le CM2 et la 3ème.

Les redoublants sont nombreux cette année ; 27 élèves à Ste Marie et 12 en secteur public. 10 élèves redoublants de Ste Marie ont intégré le secteur public et 8 bons élèves du secteur public ont intégré Ste Marie. Nous allons pouvoir mettre en place cette année le soutien scolaire pour ces enfants en difficultés.

Les effectifs de cette rentrée scolaire :

  • 77 élèves au secteur privé à Sainte Marie et ND de Confiance du jardin d’enfants à la 3ème + 1 élève à l’école ménagère
  • 4 élèves au secteur privé à Saint Vincent de Paul de la 3ème à la terminale
  • 38 élèves à l’EPP, école public du préscolaire au CM2
  • 12 au CEG, collège d’enseignement général public

Après réflexion sur le devenir des CM1, l’association a proposé aux parents de scolariser 8 élèves dans le nouveau bâtiment « Villa Capricorne », tous les matins avec Joslin comme instituteur recruté par Aidedufa pour le soutien scolaire. Il n’y avait pas d’autre alternative, sinon l’arrêt de la scolarité pour ces élèves. Cette proposition s’adresse à 4 filles et 4 garçons qui prendront la navette de l’association tous les matins à 7h 30 et celle du retour à 12h 30 du lundi au vendredi, une opportunité pour ces enfants de CM1.

3 autres enfants de LVBNY ont pu intégrer l’EPP à Farafangana, ces enfants pouvant être hébergés dans de la famille ; L’association a pris en charge les frais de scolarité et les fournitures scolaires.

Les demandes d’aide ne cessent d’augmenter chaque année, mais le nombre de parrains reste constant. Nous avons donc accordé pour une dizaine d’enfants de prendre en charge uniquement leurs fournitures scolaires et les frais généraux en EPP.

Le nouveau bâtiment nous a été pratiquement livré dans les temps, avec quelques finitions à venir. Il reste à être meublé : tables, bancs, chaises et armoire sont en commande. Nous avons ainsi pu organiser la visite médicale  dans ce lieu, la préparation des fournitures scolaires et la réunion des parents bénéficiaires de l’association.

 

Santé

Nous concentrons toujours notre énergie sur l’hygiène et la prévention. Nous avons rappelé aux familles que la santé commençait par une bonne hygiène de vie ; se laver, bien dormir, se brosser les dents, avoir des moustiquaires pour toute la famille…

Tous les 6 mois, l’état effectue une distribution de Mébendazole (antiparasites intestinaux). Ce médicament doit-être pris une fois/trimestre, Aidedufa prenant en charge les 2 autres prises/an. Il est prévu en novembre une distribution de moustiquaires. La dernière ayant eu lieu, il y a 2 ans.

Visite médicale annuelle

Elle a eu lieu le 29 et 30 septembre avec le Dr Max. Après la pesée et la toise, 145 enfants ont été examinés et orientés pour plus d’une dizaine d’entre eux vers une consultation en chirurgie ou pour examens divers et bilans sanguins (suspicion de drépanocytose).

Une équipe de médecins espagnols vient chaque année à Farafangana  en octobre: pédiatres, ophtalmo et gynéco. Nous leur avons adressé quelques enfants.

Suite à cette visite, nous avons également relevé que 47 enfants auraient besoin de soins dentaires (caries ++) et 2 enfants avec un retard de croissance pondérale. (Marie Rose 1 an : 6 kg et Angeline 20mois : 8 kg)

 

Réunion de l’association avec les parents bénéficiaires

Elle a eu lieu le samedi 19 octobre ; tous les parents ont répondu à l’appel.

 

Un petit mot du président : Joël

Rappel des objectifs de l’association, du règlement local établi au début de l’année en présence de Catherine. Il a demandé aux parents d’être vigilants sur la scolarité de leurs enfants, du matériel scolaire (coût de la scolarité de + en + élevé).

La charrette et le pousse pousse de l’association sont à la disposition de bénéficiaires.

Le bâtiment « villa capricorne » : Joslin est nommé responsable de ce local, de l’entretien et de son fonctionnement. Il établira un planning d’entretien du local par les parents d’élèves.

Ce bâtiment servira pour le soutien scolaire, lors des réunions avec les bénéficiaires, de refuge en cas de périodes cycloniques et donc accessoirement de classe cette année pour les 8 CM1 de Lavibahiny.

Soutien scolaire

il s’adressera en priorité aux élèves redoublants et aux enfants qui en feront la demande. Ces élèves seront encadrés par Joslin, responsable de la Villa Capricorne et les élèves bénéficiaires de l’association (de la 3ème à la terminale)

La cantine

Elle ne sera pas opérationnelle cette année dans le bâtiment, mais en revanche les enfants du JE/CP1 et préscolaire/CP1 de l’EPP pourront bénéficier de la cantine de Ste Marie prise en charge par Aidedufa : 25 à30 enfants sont concernés.

Joël a longuement remercié l’équipe de travail, aux 2 temps forts de l’association, à l’organisation de la rentrée scolaire et la visite médicale.

Romualdine

Notre personne de confiance dans le village d’Anosinakoho (Anousnakou)
Elle a relu dans son intégralité le règlement local en français et traduit en malgache. Elle a mis l’accent à nouveau sur le fait de prendre soin du matériel scolaire, des tenues de classe et des cartables. Il a été rappelé que les cartables renouvelés pour les 3/4 des élèves cette année, ne le seront pas l’an prochain. Les blouses et tenues de classe devront être portées uniquement sur les temps d’école.

« Lavibahiny »

En juillet 2009, Sophie avait effectué un recensement, une enquête auprès des familles dans ce village de pêcheur en amont du fleuve Manapatrana (à environ 3,5 km, accessible en pirogue) qui dépend administrativement d’Anosnakoho-ville et composé de trois villages : Andraleba, Ampefinala et Lavibahiny qui sera nommé Anosinakoho-fleuve pour les besoins de son enquête.

Cette enquête avait pour but d’identifier les besoins de la population éloignée de toutes structures administratives, de soins, pas d’école… La priorité de la population fut l’école, d’où cette mise en place de cette classe unique, d’alphabétisation. L’association a donc recruté un instituteur rémunéré par un groupe de personnes de Nantes. La classe a lieu dans un lieu de culte, « l’église » du village.

Suite à cette enquête, c’est la 4ème année de scolarité. Le nombre de demande d’enfants à scolariser est croissant. La 1ère année, 35 enfants de 5 à 8 ans scolarisés, l’an dernier 70 et cette année 87 enfants de 5 à 13 ans. Il nous a donc paru nécessaire de renouveler cette enquête auprès des familles, afin d’évaluer les besoins au niveau de la scolarité.

Avec Zaka, l’instituteur, je suis allée à la rencontre de chaque famille dans leur maison. Notre enquête s’appuie sur le document de Sophie comme fil conducteur et quelques conseils de Joël. Nous avons été bien accueillis. Les questions portaient sur les conditions de vie de la famille, de la maternité (elles accouchent pratiquement toutes au village avec une accoucheuse), de leur activité, principalement la pêche en mer pour les hommes et dans le fleuve pour les femmes. Ce sont les femmes qui vont vendre le poisson au marché de Farafangana. Ils vivent aussi d’un peu d’agriculture.

L’association s’est dotée d’un trimaran (une grande barque munie de 2 grands flotteurs) pouvant transporter une vingtaine de personnes (don de la mairie de Farafangana). Cet outil à changé la vie de ce village. La traversée se fait en 15/20mn alors qu’en pirogue il fallait plus d’une heure sans compter les risques liés au mauvais temps. Les femmes peuvent aller au marché tous les jours vendre leur poisson et revenir avec quelques denrées de première nécessité. Cette navette fonctionne tous les jours de la semaine avec Joël comme capitaine et Biro comme coéquipier : départ à 8 heures et retour à 13heures.

Quelques chiffres en attendant le document qui fera état de cette enquête :

  • 410 habitants dont 218 enfants de – de 15 ans, 41 entre 15 et 20ans.
  • 4 à 12 ans : 120 enfants
  • 0 à 3 ans : 76 enfants
  • 12 femmes seules avec enfants (divorcées ou veuves)
  • 114 Analphabètes adultes, dont 24 entre 13 et 19 ans (un certain abandonne la scolarité à 11/12 ans après 1 an ou 2 de classe pour la pêche)
  • Absence de moustiquaires dans beaucoup de foyers

Monique Bachelier

0 Comments

« Apsara » le livre de Sophie David-Guilloux

Mars 2000, une nantaise, Sophie David-Guilloux débarque à Farafangana, côte sud-est de Madagascar. Une immersion programmée de longue date avec son mari et leur fils adoptif, malgache d’origine.
Auprès d’une population malmenée par son histoire, son caractère entier et altruiste suscite curiosité, respect et parfois aussi suspicion, voire jalousies. Costumière dans l’entreprise familiale puis, régisseuse à la librairie du Musée des Beaux-arts de Nantes, Sophie se revendique artisane.

L’entreprise de pêche créée dès leur arrivée à Farafangana, une petite ville bien enclavée, fait découvrir à toute la famille des joies simples mais aussi les difficultés de survie au quotidien de ces pêcheurs et pêcheuses malgaches.

Couverture du livre "Apsara"Sophie devient vite « Maman Sophie » à qui on vient tout demander, scolarité, soins médicaux, demarches administratives… En majorité analphabète, le petit peuple de Farafangana a trouvé en elle une aide précieuse.

Lorsqu’elle quitte ce monde en mars 2010, elle laisse derrière elle une solide organisation basée sur les parrainages et les dons. Son mari s’efforce de perpétuer son œuvre en compagnie du bon Docteur Claude Ravelojaona et de tous les parents bénéficiaires de l’association AiDeDuFa (Aide au Développement Durable à Farafangana).

  • Format : 150 x 210 mm, 316 pages avec photos couleurs, sur offset 80 grs
  • Couverture quadrie avec pelliculage, sur couché 300 gr
  • Dos carré collé

 

Téléchargez le bon de commande

Le bon de commande est à adresser à:
Association Aidedufa, 3 rue d’Erlon, 44000 Nantes – France

Joindre un chèque de 25 € (par exemplaire) à l’ordre de : Association Aidedufa

→ Possibilité d’envoi par la Poste ( 2,50 € )
→ A retirer à : Aidedufa Association, 3 rue d’Erlon, 44000 Nantes – France

 

0 Comments

Faites un don!

Par chèque :

Vous pouvez nous envoyer un chèque à l’ordre suivant: « Association Aidedufa »
à l’adresse: Aidedufa Association, 3 rue d’Erlon, 44000 Nantes – France

Par paiement sécurisé via Paypal :




 

Paypal qu’est-ce que c’est ? Paypal est un moyen de paiement sécurisé pour payer rapidement sans jamais communiquer vos données bancaires. Paypal crypte et sécurise vos données bancaires et ne les communique jamais au destinataires de vos paiements. Vos informations financières sont sécurisées et totalement couvertes contre la fraude.

De plus, PayPal vous offre une protection totale en cas d’utilisation frauduleuse de votre compte en vous remboursant le cas échéant. En savoir plus

 

Le saviez-vous ?

Vous bénéficiez d’une réduction d’impôts pour vos dons aux associations humanitaires.

En faisant un don au profit de notre association d’intérêt général, vous bénéficier d’une réduction d’impôt :

Les dons aux organismes d’aide aux personnes en difficulté (associations fournissant des repas gratuits ou soins médicaux ou aidant les personnes en difficulté à se loger) donnent droit à une réduction d’impôt de 75 % du montant des dons.

En 2010, cette réduction d’impôt est dans la limite de 513 € de dons. Au-delà de cette somme, la réduction d’impôt est de 66 % du montant des dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable du donneur.

0 Comments

Newsletter N°10

Les dernières nouvelles de l’association :

  • La rentrée
  • La santé
  • Le nouveau local TAM-TAM
  • Le jardin communautaire
  • Lavibahiny
  • Situation sociale

La rentrée

68 parrains parrainent 72 enfants qui sont scolarisés dans des établissements privés.

Les dons reçus permettent en réalité de s’occuper de 107 enfants. Ceux qui ne sont pas parrainés sont scolarisés dans les écoles et collèges publics.

La rentrée scolaire qui avait lieu début octobre s’est bien effectué.

Les fournitures scolaires ont été soigneusement réparties pour chaque élève en fonction de sa classe.

Coût des fournitures scolaires :

1 181 420 Ar (475 €). Nous avons fait l’économie des stylos bille grâce à la collecte des parrains !

Les blouses et les tenues ont été remises en état et de nouvelles blouses ont été confectionnées par Romualdine qui a repris le travail de Sophie aidée de Manatina et Aurélie ( 2 jeunes filles formées dans l’atelier de Sophie).

Coût des fournitures tissu et boutons : 392 100 Ar (160 €)

Certains cartables étaient bien mal en point (fabrication chinoise !) et il a fallu en racheter.

Coût des cartables : 222 300 Ar ( 89 €)

Coût des inscriptions et frais généraux des écoles pour l’année scolaire :

Ecolages Ste Marie : 6 600 000 Ar (2 640 €)

Ecolages St Vincent de Paul : 369 000 Ar (148 €)

La santé

La visite médicale de toutes les familles Aidedufa a eu lieu en octobre sous la direction de Dr Claude qui a ainsi effectué 175 consultations.

Dans l’ensemble, l’état général est bon. Tout le monde a bénéficié d’un traitement contre les vers.

Depuis la disparition du système de récupération des médicaments, nous devons acheter les remèdes et le budget pharmacie s’est considérablement alourdi.

 

Le nouveau local Tam-Tam

Afin de donner aux enfants de bonnes conditions de travail après la classe, l’association a loué un grand bâtiment situé en bordure de mer et à proximité des écoles.

Ce vaste bâtiment (anciennement boîte de nuit) est équipé de tables et de bancs et bénéficie de la lumière électrique. Il est destiné aux enfants qui viennent, après la classe, y faire leurs devoirs et apprendre leurs leçons sous la surveillance d’une institutrice que nous avons recrutée. Nous assurons son salaire : 45 €/mois charges comprises grâce à votre générosité.

Ce local permet également de réunir les familles. C’est là qu’à eu lieu en octobre la distribution des fournitures scolaires et des vêtements qui avaient été collectés à Nantes (merci à tous ceux et celles qui ont participé à l’opération Kways)

Joël a pu y faire des séances photos et prévoit de passer un film de temps en temps.

Des aménagements sont prévus : chambre afin de loger d’éventuels intervenants et magasin de stockage. Le PAM ( programme alimentaire mondial) étant en rupture de stocks suite à la famine qui sévit dans le grand sud, nous avons du acheter du riz pour pallier le manque de distribution.

 

Le jardin communautaire

Le jardin a donné, suivant la saison, des tomates, des petsays (choux chinois), des navets, des haricots, des patates douces…

Les familles d’Aidedufa participent à tour de rôle à l’entretien du jardin sous la direction d’Armand et se répartissent les légumes où vendent le surplus au marché.

 

Lavibahiny

C’est un quartier de Farafangana situé de l’autre côté du fleuve Manapatrana (environ 3,5km en amont).

Une étude effectuée par Sophie et Joël en juillet 2009 avait révélé une population de pêcheurs laissée complètement à l’abandon par les services publics : pas d’école, pas de médecin ou de dispensaire, aucune facilité pour se rendre en ville.

Grâce à la générosité de Marie-Madeleine et de son groupe d’amis, nous avons pu recruter un instituteur pour faire, non pas vraiment la classe dans un premier temps, mais un éveil scolaire. Déjà 83 enfants, répartis selon leur âge, bénéficient de cette nouvelle structure.

Les cours ont lieu dans l’église désaffectée, les prêtres refusant de traverser le fleuve en pirogue.

 

Situation sociale

La situation politique est toujours précaire. La mutinerie militaire du 20/11/2010 a semble-t-il été maîtrisée ! Mais la population souffre de plus en plus de la hausse des prix des produits de première nécessité.

L’association a acheté du riz pour venir en aide aux familles les plus démunies.

 

0 Comments

Production d’un Album CD

Les femmes de Farafangana Chantent…

L’association Aidedufa vient de produire l’enregistrement d’un disque. L’intégralité des bénéfices des ventes des disques est reversée à l’Association Aidedufa.Vous pouvez dorénavant acheter ce disque en nous envoyant un chèque de 10 euros à l’ordre de l’ « Association Aidedufa » à envoyer au 3 rue d’Erlon 44000 Nantes. Nous vous ferons parvenir aussitôt votre disque à réception du paiement.

1 disque = 10 Euros

 

 

CD Association Aidedufa

association, aide, enfants, madagascar, farafangana, disque, CD

Chanté par : Marie Brigitte, Jojo, Elicia, Dety, Jeanne, Alphonsine, Josiane, Kembalette, solange, Modestine, jeannine, Ravololo, Tsanaly, Volatiana, Elisabeth, Ghislaine, Madeleine.

Produit par AIDEDUFA (Aide au développement durable à Farafangana) Madagascar.

Contactez-nous

0 Comments

Accueil

Association-aide-enfance-madagascar

Créée en Mars 2007, pour officialiser et structurer l’aide humanitaire apportée depuis 2000 par un couple de français expatrié à Madagascar, l’association AIDEDUFA – association d’Aide au Développement Durable de Farafangana à Madagascar (loi de 1901) a pour mission dans un contexte de développement durable de porter aide et assistance aux familles les plus défavorisées de la région sud-est de Madagascar –district de Farafangana– dans les domaines suivants:

L’Association a pour but de pérenniser le travail développé en direction des enfants et de leurs familles afin d’améliorer les conditions de vie de ces dernières à Farafangana. Tous les travaux de gestion et d’administration étant pris en charge par des bénévoles, tous les dons sont intégralement utilisés pour le fonctionnement de l’Association Aidedufa à Madagascar.

0 Comments